Partagez | 
 

 Do you wanna play with me~? (finie)[R18: scène yaoi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Worick "Shad" Knight

avatar

Féminin Messages : 56
Date d'inscription : 26/06/2016

MessageSujet: Do you wanna play with me~? (finie)[R18: scène yaoi]   Dim 26 Juin - 14:26




KNIGHT Worick
ft. Fuwa Kento de Tokimeki restaurant (X.I.P)
Âge : 22 ans
Date de naissance : 25 Décembre mais c'est tous les jours Nowel avec moi
Origine(s) : Franco-américaine de descendance irlandaise. J'aurais un peu sang latino paraît-il aussi.
Situation conjugale : Célibataire
Groupe : Directeur
Job, si adulte : Adjoint du directeur de la maison de correction.

Carnation : teint mat et légèrement basané
Taille : 1m80
Corpulence : Finement athlétique
Cheveux : Court mais avec une bonne longueur sur la nuque, coiffés en bataille et de couleur noire
Yeux : Vairons : un violet et un bleu
Signe(s) distinctif(s) : Une tête de Deadpool sur l'une de mes fesses en guise de tatouage 8D
séducteur
colérique
violent
entier
fidèle
jaloux
pervers
attentionné
sérieux
bagarreur
ironique
tactile
Histoire : Tu es né un soir de Noël, dans la banlieue chic et select de Beverly Hills, en Californie. Tu es issu d’une des rares familles nobles qui reste et des plus influente…mais surtout, tu es issu du milieu mafieux. Tu es également le dernier né d’une fratrie de trois garçons dont les deux premiers ont déjà entamé leurs vies d’adultes respectives depuis 3 ans pour l’un et 5 ans pour l’aîné. Tes parents te voient comme le plus beau des cadeaux d’autant plus que leurs deux autres enfants s’étant envolés du cocon familial, ils commençaient à s’ennuyer ferme et en particulier ta mère, ton père étant occupé modérément par ses affaires.

Etant le seul en bas âge restant au sein de cette famille, tu passes une enfance des plus chaleureuses entre une mère aux petits soins avec toi, un père occupé qui, pourtant, s’arrange toujours pour avoir le temps et le loisir de te voir grandir et lui ressembler un peu plus chaque jour. Mais en grandissant, ton père remarque chez toi un détail particulier qu’il n’avait vu chez aucun autre de ses deux autres enfants auparavant : si Jasper et Castiel ont les yeux respectivement bleus pour l’un et violets pour l’autre, toi tu les as vairons : un de chaque couleur que celles que portent tes frères et qui est fait encore plus rare que celui de naître avec les yeux violets. Cela te rend encore plus précieux aux yeux de tes parents et du reste de ta famille.

Ta famille parlons-en, justement. Certes tu as un père et une mère aimants mais cela ne veut pas dire qu’ils cèdent à tous tes caprices de petit garçon dès que tu en fais un…ils préfèrent fonctionner avec toi au donnant donnant afin de te montrer dès ton plus jeune âge que dans la vie, tout se paie et ne s’obtient pas gratuitement. Ils te disent que c’est comme une sorte d’échange : si tu es sage à l’école, que tu écoutes ta maîtresse, ton père, ta mère, tes grands-parents et même tes frères, tu auras le droit à un « salaire » qu’ils te donnent sous forme petits cadeaux ou petites attentions. Si tu travailles bien à l’école, c’est pareil : tu reçois un petit quelque chose. En revanche, si tu fais des caprices, que tu n’écoutes pas ce qu’on te dit ou que tu ramènes de mauvais résultats, tu ne reçois rien et peux être amené à te recevoir une rouste et filer dans ta chambre si tu persistes dans ton mauvais comportement.

Tes frères… à ta première rencontre avec eux, tu as ressenti une certaine appréhension avec des questions du genre « Et s’ils ne m’aiment pas ? ». Tes parents n’ont pas cessé de te rassurer en te disant que tout se passerait bien et que tu n’auras rien à craindre.

Après une grosse appréhension, tes frères arrivent enfin et saluent tes parents avant que l’un d’eux ne pose un genou devant toi pour t’observer. Tu le regardes un instant avant de sourire quand le second rejoint le premier… et finalement tu finis dans les bras de l’un d’eux pendant que l’autre ébouriffe tes cheveux sombres. Jasper et Castiel se montrent prévenants avec toi lorsqu’ils viennent à passer au domicile de tes parents et passent du temps en ta compagnie. Tes parents avaient raison…

L’enfance passée, vient le temps de l’adolescence avec ses questions existentielles, ses changements physiques mais aussi hormonaux, ses complexes et surtout son lot de problèmes. Si tu n’as aucun complexe et aucune question existentielle qui viennent te torturer ton esprit, tu as bien changé physiquement parlant et tes hormones te travaillent comme pas possible avec la découverte du sexe… et en même temps, c’est normal puisque tu as 16 ans. Ton physique athlétique et avantageux, tes tablettes, ton joli minois, ta voix à la fois grave et suave, ton style un peu rebelle et tes yeux vairons font tomber toutes les filles de ta classe à tes pieds avec qui tu couches impunément mais tu déclenches aussi la jalousie des garçons de ta classe et en particulier ceux qui tentent désespérément de déclarer leurs flammes à certaines des filles qui sont déjà allées faire un séjour entre tes draps.

Ces garçons te définissent comme une bête sauvage qui allume ouvertement les demoiselles afin de profiter d’elles et tu te défends en leur disant que tu n’as jamais forcé aucune d’entre elles à le faire. Alors ils se liguent contre toi et t’attendent à la sortie des cours, hors du lycée… tu te pensais hétéro alors qu’en réalité tu as toujours été bisexuel dès la naissance mais tu le découvriras ce soir-là, à tes dépens. Tu sors avec une nouvelle conquête avec qui tu parles quand l’un des garçons jaloux t’interpelle avec une certaine animosité dans la voix. Tu dis à la fille de rentrer chez elle car tu ne veux pas l’impliquer dans une possible bagarre et tu te diriges avec nonchalance vers la petite bande. Quand tu arrives, ils commencent à te casser les oreilles avec leurs griefs sentimentaux et l’envie te prend de leur dire que c’est parce qu’ils n’ont pas les couilles d’aller jusqu’au bout de leurs convictions que toutes les filles leur passent sous le nez mais tu préfères t’abstenir de tous commentaires de ce genre. La situation est déjà tendue et promet de l’être encore plus sans que tu ne mettes de l’huile sur le feu. Après tout, ils sont trop cons pour accepter la vérité.

L’un d’eux se jette sur toi et commence à te cogner. Tu esquives le coup et lui colle une droite dans l’abdomen puis le jette au sol avant qu’un second ne t’attaque de front. Tu l’accueille avec un coup de genou dans les valseuses qui le met à genoux et le laisse au sol alors qu’un troisième se précipite en hurlant, poing en avant dans l’espoir de te refaire le portrait. Tu esquives mais en étant légèrement touché à la joue et la lèvre puis tu as un rictus mauvais avant de coller ta droite en plein dans le nez de ton assaillant dont tu perçois le craquement à travers les sons des gouttes de pluie et du tonnerre qui sont arrivés entre temps. Tu te secoues un peu la main de douleur et en vois prendre la fuite comme des lâches alors que le dernier reste tapi dans l’ombre de la ruelle. Décidé à en finir avec leurs questions existentielles que tu trouves pathétiques, tu te diriges vers ce dernier.

A le voir trembler en te voyant arriver vers lui et le début du geste hésitant, tu comprends rapidement que tu te retrouves facilement au plus faible d’entre eux… celui qui s’est simplement laissé tourner la tête par les autres et est là par simple solidarité et manque de personnalité et de volonté pour se laisser entraîner aussi facilement pour une histoire futile de gamins.

« Eh bien, ils sont cool tes potes. Ils t’entraînent là, trois se font casser la gueule par mes soins et les deux autres se sont barrés sans même se soucier de toi. D’ailleurs comme faut bien boucler la boucle, qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire de toi ? »

Il est tremblotant et pleure à moitié, preuves qu’il est le plus faible de la bande et qu’il n’est là que parce que les autres ont dû le tanner et/ou le menacer pour qu’il soit présent. Tu poses les mains sur le mur au-dessus de ses épaules de telle sorte que tu ne lui laisses aucun moyen de s’échapper à la sentence que tu lui réserves. Tu lui fais ressentir par un sourire narquois qu’il a aucune chance contre toi et que te résister lui serait complètement inutile… par la même occasion, tu le regardes de manière à le dissuader d’appeler à l’aide : il assez grand pour suivre les autres, il l’est pour assumer les conséquences de sa passivité dans cette histoire.

Et tu hésites… oui, tu hésites entre le cogner ou tout simplement le coup d’une nuit qu’ils t’ont fait perdre lui et ses amis en te provoquant. Tu l’observes… tu l’observes et tu réalises en prenant du recul que tu l’as surpris à plusieurs reprises à te mater quand tu changeais à chaque début et fin de cours de sport ainsi que les fois où vous deviez prendre une douche. Tu le revois en train de t’observer discrètement et prendre en douce des photos de toi torse nu ou en boxer car ta proie ne dépassait pas certaines limites. Et tu fermes les yeux, tu te l’imagines en train de regarder ces photos de toi qu’il a prise et se masturber en se disant que lui aussi aimerait avoir ses chances avec toi. Puis sa voix te tire de tes pensées obscènes et lubriques en une supplique.

« S’il te plaît… ne… ne me fais pas de mal, Worick. Je … je ne voulais pas venir mais…ils… ils…

-Ils t’ont quoi ? Menacé de révéler à tout le lycée que tu es gay et que tu bandes sur mes photos ? Et après ? Qu’est-ce que ça peut leur foutre ?! C’est vrai quoi, ils me cassent les couilles parce que je baise avec toutes les filles du bahut dont certaines sur qui ils sont en kiffe et ils menacent de révéler le fait que tu sois gay.

-O-oui… mais…

-S’ils étaient moins cons et qu’ils voulaient vraiment ces gonzesses, je pense que ça ferait bien longtemps qu’ils auraient tenté de t’arranger un coup avec moi. Parce que je suppose qu’ils le savent pour ton kiff sur moi, non ? »

Ta proie hoche vivement de la tête et te montre des textos dans lesquels ses « amis » le raillent et se moquent de son orientation sexuelle dont un qui fait mention d’un « de toutes façons, tu peux continuer à te branler sur les photos de Worick pour le restant de tes jours parce que t’as aucune chance avec lui… il préfère trop les filles. »

« Hmm ah oui, ils sont classes tes « amis ». Ils se foutent de ta gueule mais viennent te faire chier pour les accompagner dans leur opération commando foireuse. »

Une main baladeuse vient caresser l’entrejambe de ta proie qui se met aussitôt à haleter… et ta main rencontre une bosse qui a déjà bien durcit. Tu lèves tes yeux vairons du portable et observe Nathan en haussant un sourcil. Le timide petit blond aux yeux verts qui est la seconde coqueluche des filles rosit et bredouillant des excuses.

« Intéressant… ça fait combien de temps que tu bandes comme ça ?

-D-depuis que tu as mis tes mains sur le mur et que tu me colles, Worick »
Autrement dit, ça fait une bonne dizaine de minutes qu’il est en érection et tu souris en coin…

« Ce qui m’éclates avec les gus du genre de tes « amis » détracteurs, c’est de les contredire dans leurs propos. Je l’ai jamais fait avec un mec mais l’envie est là et ça me brancherait bien de tester avec toi. T’en dis quoi Nath ? »

Tout en lui faisant ta proposition indécente d’une voix sensuelle, tu continues de caresser la bosse et ta victime s’empresse d’accepter ton offre pour trois raisons : la première pour échapper aux coups potentiels que tu pourrais lui donner, la seconde parce qu’il est trop excité pour reculer et la troisième et la plus importante de toutes…depuis le temps qu’il se masturbe sur tes photos et pense à toi, il ne laissera pas cette occasion en or de finir dans ton lit pour rien au monde. C’est comme si tu lui permettais de toucher son rêve secret du bout des doigts.

Tu cesses tes caresses et le prend par le poignet avant de lui demander de te suivre jusque chez toi. Tu sais que tes parents sont partis en visite pour quelques semaines voir tes frères et tu profites de leur absence pour t’adonner à tes parties de jambes en l’air. Sitôt arrivés au loft de luxe de tes parents, tu emmènes ton camarade de classe dans ta chambre où tu fermes la porte avant de l’embrasser sauvagement. Il répond fiévreusement au baiser tout en se déshabillant en des gestes précipités bien trop pressé de te sentir en lui et d’avoir tes mains sur sa peau.

Tu romps le baiser et le regarde se défaire de son haut pendant que tu enlèves ta veste et ton débardeur sans manches noir. Tu laisses ton torse bien en évidence alors que lui t’attend, déjà nu sur le lit et le sexe en érection. Il te regarde en se mordant la lèvre et se redresse quand défais ta ceinture et ouvre ton pantalon lentement, le faisant languir.

Tu te débarrasses de tes baskets et fais glisser ton pantalon sur tes chevilles alors que Nathan se rapproche et vient embrasser avidement ces tablettes qui l’ont tellement fait fantasmer des nuits entières. Tu sens son souffle chaud sur ta peau et ses mains qui la caresse alors que tu commences à baisser ton boxer noir et violet sombre.

Tu ne l’as jamais fait et pourtant tes gestes sont aussi naturels que tu si avais déjà eu une certaine expérience du sexe avec les hommes. Tu sens les lèvres de Nathan remonter sur ton torse et venir mordiller un de tes tétons … geste qui te fait doucement et étrangement frissonner de plaisir alors tu sors ta virilité durcie de son emballage que tu t’empresses de jeter au sol. Mais… tu n’es pas un dominé, non. Tu es un dominant et ton camarade va bientôt l’apprendre. Tu lui relèves de l’index le menton et l’embrasse avant de sourire en coin.

« Ça me plaît déjà mais je veux aller plus loin… et ne te presse pas comme ça, mon ami. Nous avons le loft pour nous puisque mes parents sont partis pour pas mal de temps.

-Oui… mais j’ai tellement envie de toi. J’ai tellement rêvé d’un moment pareil, Worick.

-Justement, profite un peu ~ »

Tu passes une main dans ses cheveux et le force un peu ensuite à se mettre face à ton membre dressé qu’il s’empresse de prendre en main et de lécher chaudement en soupirant de plaisir. Tu sens sa langue parcourir la longueur de ta verge avant de s’enrouler comme un serpent autour et taquiner ton bout rouge qui perle un peu de liquide séminal. Puis commencent les lents va et viens de ses lèvres qui t’arrachent des soupirs de plaisir l’encourageant à continuer dans sa manœuvre. Il te caresse les bourses tout en continuant ses mouvements pendant de longues minutes puis cesse et donne un coup de langue sur ton gland avant de reculer et de s’allonger sur le matelas et sur le dos tout en t’adressant un regard brûlant de désir alors qu’il écarte les jambes et cuisses.

Tu prends ça pour invitation et te lèches les lèvres en posant un genou sur le matelas pendant que lui se masturbe d’une main et se prépare devant toi dans le but de t’exciter encore plus. Tu te mets entre ses jambes et il cesse sa préparation, t’invitant à entrer en lui sans attendre une seconde de plus. Tu entres en lui d’un coup, lui arrachant un cri de plaisir mais il te supplie de commencer à bouger en te disant qu’il a hâte de te sentir te mouvoir en lui. Tu exauces son vœu en commençant à bouger doucement puis plus rapidement à la demande de ton partenaire qui te caresse le torse en même temps qu’il se caresse la virilité. Bientôt on peut même savoir que tu as encore accélérer rien qu’au bruit que fait le matelas et aux coups de la tête de lit contre le mur. Vos souffles sont brûlants et saccadés tandis que ton corps brûle au rythme de tes efforts en Nathan. Ta peau perle de sueurs, te rendant aux yeux de ton partenaire encore plus excitant qu’à l’accoutumée. Vos râles et vos cris de plaisir quand vous atteignez tous deux la jouissances résonnent comme une chanson lubrique entre les murs de ta chambre où flotte une odeur de sueurs mélangée à celle de la luxure à  laquelle vous venez de vous adonner tous les deux sans vergogne.

Tu restes un moment allongé sur ton partenaire, encore en lui, tentant de reprendre ton souffle alors qu’il passe une main dans tes cheveux en soupirant de bien-être et de satisfaction de t’avoir senti le remplir à la fois de par ta virilité et ta semence. Ta respiration redevenue à peu près normale, tu te retires en gémissant et t’écroules à côté de Nathan, faisant couler un peu de liquide séminal de ce dernier. Il se tourne vers toi et vous vous regardez jusqu’à ce qu’il te dise…

« C’est la seule bonne action qu’aura eue l’opération commando. J’aurais passé une nuit avec toi.

-T’avais pas besoin de ça… t’aurais pu… simplement me …le demander.

-Mais ils disaient que.. »

Tu le regardes et relève la tête en grognant…

« Putain ! Tu les écoutes toujours ou ça t’arrives de prendre tes décisions toi-même ? »

Nathan baisse la tête, honteux, et tu soupires doucement en lui caressant les cheveux.

« Fais pas cette tête, simplement plutôt que d’écouter tes pseudos amis qui se montrent bienveillants quand ça les arrangent, essaie de décider par toi-même… et si une de tes décisions me concerne personnellement, j’aimerais que tu m’en parles à l’avenir. Tes gugus ne sont pas madame Irma et tout ce qu’ils peuvent faire c’est de te faire louper des occasions comme celle-ci. D’ailleurs, j’ai bien envie qu’on pousse le bouchon plus loin, rien que pour les emmerder et leur prouver qu’il n’y pas que les filles qui m’intéressent.

-Comment ? »

Tu souris en coin et te redresse un peu pour prendre la boîte de mouchoirs sur ta table de chevet…

« En sortant avec toi. »

Tu t’essuies le bout et prends ton portable pour prévenir tes parents de ta découverte sur ta sexualité tout en appréhendant leurs réactions. S’il savait que sa mère le prendrait bien, il avait peur pour celle de son père… au final, ce dernier lui dit qu’il n’a pas à juger son fils sur sa sexualité mais son travail à l’école et que si c’est comme ça qu’il est heureux, ça lui convenait parfaitement.
Au début tout n’était parti que par intérêt mais bientôt tu tombes amoureux de Nathan et de cette fausse innocence qui cache en réalité une âme aussi perverse que la tienne.

Votre histoire dure 4 ans, 4 ans de rires, de colères parfois, de parties de jambes en l’air fréquentes, 4 ans d’amour et ta famille avait même accepté Nathan comme futur gendre… car au cours de celle qui avait marqué vos 19 ans à tous les deux, tu l’avais demandé en mariage et vous vous étiez même fiancés. Tu voyais déjà ton futur avec lui et avec personne d’autre et vous deviez prononcer vos vœux devant l’autel, lors de tes 21 ans à Noël.

Mais voilà, au cours de cette année-là tu as entendu des rumeurs sur ton fiancé qui ne t’ont pas plu : des bruits de couloirs dans l’université où vous étiez allés couraient que Nathan avait été abordé par une fille… Elena qui était, alors, la bimbo du campus. De plus, tu étais aussi préoccupé par une discussion animée que tu avais eu avec ton père à propos de la reprise d’un restaurant alors que tu visais une carrière dans le domaine pénitentiaire en suivant un cursus qui te permettrait d’obtenir un diplôme de directeur adjoint dans n’importe quel établissement pénitentiaire de la planète. Tu trouvais moins intéressant de servir dans un restaurant que ton cursus actuel et tu ne voulais pas tomber dedans d’autant plus que Jasper et Castiel t’ont avoué avoir eu le même discours de la part de leur paternel et que c’était pour cette raison qu’ils avaient quitté le plancher des vaches du jour au lendemain.

Tu ne croyais pas à ces rumeurs, ni à celles qui disaient que ton fiancé quittait la nuit votre couche pour aller s’envoyer dans celle d’Elena… jusqu’au soir du mariage où tu l’as attendu devant l’autel à 20h comme il était convenu sur les faire parts. Tu as alors quitté l’église pour retourner au campus que ton fiancé n’était pas malade ou autre et tu t’es dirigé vers votre chambre avant d’entendre comme des gémissements et des bruits de coups saccadés et celui tout particulièrement du bassin qui claque contre la peau des fesses d’une personne. En ricant, tu secoues la tête en te disant que ton fiancé a dû s’endormir devant un de ces pornos que vous aimez vous mater et en a oublié l’heure du mariage…

…Mais tu ouvres la porte et ton sang ne fait qu’un tour en voyant le spectacle qui se déroule sous tes yeux vairons écœurés et dépités. Devant toi, ton fiancé se tient debout derrière Elena qui est à quatre pattes sur le lit. Tous les deux sont sans vêtements et Nathan est clairement interrompu dans ses mouvements de va viens… de plus, il est en sueur et la chambre respire une odeur de luxure.

« W-worick… je suis désolé, je…

-Aah c’est lui le fameux Worick ? Il est pas mal. C’est vrai que tu es bien monté ? Viens avec nous, j’adore m’en prendre deux. »

Elle se lèche les lèvres comme pour te provoquer mais tu ne dis rien. Tu t’approches d’un pas rapide et prends la catin par les cheveux d’une poigne de fer avant de la traîner sur le lit puis le sol. Cette dernière se débat et hurle de douleur puis Nathan va pour te retenir et sauver la jeune femme mais un geste de ta main le stoppe net dans son élan et le fait rester à sa place en attendant ton retour. Tu traînes la garce, complètement dénudée sur tout le campus et la ramène devant la porte de sa chambre avant de lui administrer une gifle monumentale en l’insultant. D’un pas rapide, tu refais le chemin inverse, te fichant littéralement des murmures que tu entends sur ton passage et regagne ta chambre où Nathan est toujours nu et assis sur le lit.

Avec violence, tu claques la porte pour la fermer, une fois entré et tu le regardes d’un air mauvais avant de te saisir de ton portable et de composer le numéro de ton père…

« Allô papa ? C’est moi… ouais je l’aie retrouvé et…

-S’il te plaît Worick, ne fais p...

-Toi, tu fermes ta gueule. Je finis mon coup de fil et on aura une petite discussion toi et moi. »

Tu continues ton coup de fil et fixe Nathan en disant à ton père que le mariage n’aura pas lieu en lui expliquant le comment du pourquoi. Tu dis tout de même que le banquet sera maintenu pour ne pas alourdir les frais inutiles mais que le banquet ne se fera pas en présence du fiancé volage. Tu raccroches en demandant des explications à celui qui aurait dû être tien et qui tu supplies de lui pardonner et de lui donner une autre chance à genoux mais tu te montres froid et cinglant.

« Tu te fous de moi ?! Ton erreur, ça fait des mois qu’elle dure avec cette pute ! Alors tu sais quoi ? Tu vas me prendre toutes tes affaires et tu vas dégager chez elle. Je vais au banquet de ce qui aurait dû être notre mariage mais j’y vais sans toi et à mon retour, je ne veux plus voir une seule de tes affaires dans ce qui sera à partir de ce soir MA chambre. »

Sans un mot, ni un regard de plus, tu enlèves ta bague fiançailles et la jette à la figure de Nathan.

« Tu t’es bien foutu de ma gueule, espèce de fils de pute. J’aurais dû te cogner au final ce jour-là… j’en serais pas là aujourd’hui. T’as juste pas intérêt à croiser la route de mon père ou mes frères parce qu’ils ne te rateront pas. Retourne avec ta pouffiasse ! »

Tu tournes les talons et retourne à l’église où tu t’excuses auprès de tes invités d’être venu pour rien mais qui te consolent en te disant que ce n’est pas de ta faute et que tu trouveras mieux. Le banquet se passe et à la fin tu es déjà bien éméché mais ça ne t’empêche pas de faire la tournée des bars pour oublier l’affront de ton ex fiancé. Complètement bourré, tu décides de te faire tatouer les fesses et tu choisis un motif qui t’a l’air cool sans trop savoir ce que c’est… le lendemain, tu te réveilles avec une gueule de bois et une belle tête de Deadpool sur la fesse gauche.

Quatre mois plus tard , tu obtiens ton diplôme de directeur adjoint en milieu pénitentiaire mais tu ne désires plus rester en Californie où trop de lieu te rappelle ton ex. Tu appelles ton père en lui apprenant la bonne nouvelle mais aussi en lui communiquant ton désir de changer d’air. A six mois de tes 22 ans, tu vas déjeuner avec ton père qui semble s’être fait une raison sur ton choix de parcours professionnel puisqu’au cours du repas, il t’annonce qu’il a réussi à négocier une place pour toi dans une maison de correction située en Ukraine : Panoh. Il a négocié ta place avec un ami proche à lui : un russe du nom d’Innokenti Agueïkine , 38 ans et qui est le directeur de cette maison de correction. Tu te souviens, alors que cet homme était là à ton mariage avorté et au banquet et tu arrives à remettre un visage sur le nom.

La place est disponible à condition que tu partes dans les plus brefs délais dans le premier avion dont ton père t’a réservé une place en première classe. Le soir même tu fais vider ta chambre de tes affaires et les fait affréter via un transporteur jusqu’à la maison de correction pendant que tu prends l’avion. Au bout de dix heures de voyage, l’avion se pose sur le sol Ukrainien et Innokenti vient te chercher en personne. Durant le trajet, il t’explique le fonctionnement de la maison et t’informe qu’une partie de tes affaires t’attendent déjà dans la suite qui t’a été attribuée. Il te demande aussi des nouvelles de ton père et ta famille et tu y réponds en souriant et en le remerciant de prendre sous ton aile.

Tu as fêté tes 22 ans au sein de la maison de correction dans laquelle tu évolue. On t’a parlé de « poupée » mais tu n’as pas encore trouvé la tienne et en attendant t’essaie d’esquiver un énergumène à chevelure rouge qui n’arrête pas de te draguer. Tu l’as baisé une ou deux fois en le plantant au beau milieu de la nuit pour retourner à ta suite. Depuis tu le rembarre à chaque fois ou lui donnes une autre cible avant de tailler la route d’un pas rapide…

Ça fait un an et demi sur tu es à Panoh et tu fêteras tes 23 ans ici encore… mais tu préfères être là que de croiser Nathan aux Etats-Unis.
Pseudonyme : Popol
Comment j'ai atterri ici : j'ai déjà un compte
Âge : plus de 30 ans
Commentaire(s) : Pingouin
T'as fait ta prière ? Elle sera exaucée si tu me confies le code : Code validé ♥


Dernière édition par Worick "Shad" Knight le Lun 27 Juin - 19:18, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Innokenti Agueïkine
Admin
avatar

Féminin Messages : 207
Date d'inscription : 03/10/2013
Age : 32

MessageSujet: Re: Do you wanna play with me~? (finie)[R18: scène yaoi]   Dim 26 Juin - 16:27

Bienvenue ♥

Bon courage pour ta biotgraphie :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://panoh.actifforum.com
Worick "Shad" Knight

avatar

Féminin Messages : 56
Date d'inscription : 26/06/2016

MessageSujet: Re: Do you wanna play with me~? (finie)[R18: scène yaoi]   Dim 26 Juin - 17:32

Merci ça va être du lourd encore 8D ~

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Innokenti Agueïkine
Admin
avatar

Féminin Messages : 207
Date d'inscription : 03/10/2013
Age : 32

MessageSujet: Re: Do you wanna play with me~? (finie)[R18: scène yaoi]   Dim 26 Juin - 17:45

Je m'en doutais ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://panoh.actifforum.com
Innokenti Agueïkine
Admin
avatar

Féminin Messages : 207
Date d'inscription : 03/10/2013
Age : 32

MessageSujet: Re: Do you wanna play with me~? (finie)[R18: scène yaoi]   Lun 27 Juin - 20:41

Double post mais tant pis, il fallait me prévenir que tu avais fini de faire ta fiche ♥

C'est encore une sacrée histoire :3

Je te valide, bon jeu ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://panoh.actifforum.com
Worick "Shad" Knight

avatar

Féminin Messages : 56
Date d'inscription : 26/06/2016

MessageSujet: Re: Do you wanna play with me~? (finie)[R18: scène yaoi]   Lun 27 Juin - 20:45

Osef t'es admin 8D xD

Merci \o/

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Innokenti Agueïkine
Admin
avatar

Féminin Messages : 207
Date d'inscription : 03/10/2013
Age : 32

MessageSujet: Re: Do you wanna play with me~? (finie)[R18: scène yaoi]   Lun 27 Juin - 20:46

Quelle saleté éè ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://panoh.actifforum.com
Yoyami Shinosuke

avatar

Féminin Messages : 41
Date d'inscription : 22/05/2016
Age : 20
Localisation : Dans ma tête

MessageSujet: Re: Do you wanna play with me~? (finie)[R18: scène yaoi]   Mar 28 Fév - 23:33

Bienvenue à toi ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beyondthedarkness.forumactif.org/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Do you wanna play with me~? (finie)[R18: scène yaoi]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Do you wanna play with me~? (finie)[R18: scène yaoi]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» admirer la xtrem play...
» caual play
» Vintage de Play
» Question siege auto Red castle/Mutsy/Play
» Kick & Play de Fischer Price

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prisonniers sur Panoh :: Gestion du personnage :: ❛ Présentation des personnages :: Prisonniers :: Direction - fiches validées-
Sauter vers: